Croiser habitat et culture, deux objets pour une cible : De la mise en commun à la production de commun, projet, démarche et processus

C’est en creusant ce qu’il y a de plus singulier dans une enquête qu’on parvient dans une logique de « montée en latéralité » [1] à le comparer, à le confronter, pour qu’apparaisse et se développe un axe. C’est ainsi qu’est née notre discussion sur la notion du commun. Croiser deux champs de recherche revient à faire dialoguer deux démarches. Notre écriture à quatre mains s’est imposée à notre échange, le rendant fluide par un tuilage de nos réflexions respectives, le prolongeant au-delà de nos propres questions. Nous l’avons voulue comme introduction à notre journée d’étude « Des lieux du commun » [2]. Pour prendre connaissance du texte de Soaz Jolivet et Pierre Servain : Croiser habitat et culture, deux objets pour une cible : De la mise en commun à la production de commun, projet, démarche et processus, mars 2017 

[1] Nicolas-Le Strat, Pascal, La transmission des expériences collectives, http://www.pnls.fabriquesdesociologie.net/la-transmission-des-experiences-collectives/, mis en ligne le 18 septembre 2014. [2] Journée d’étude « Des lieux du commun. Habitat, culture, arts, sciences, politique : comment créer du commun pour construire de vrais changements de société ? », 6 avril 2017, Faculté Victor Segalen, Brest

Une réflexion au sujet de « Croiser habitat et culture, deux objets pour une cible : De la mise en commun à la production de commun, projet, démarche et processus »

Les commentaires sont fermés.